Fonte musculaire liée à l’âge, quelle activité physique choisir ?

Fonte musculaire liée à l’âge, quelle activité physique choisir ?

La fonte musculaire liée à l’âge (sarcopénie) entraine une perte moyenne de 30 à 40 % de la masse musculaire totale entre 50 et 80 ans. Heureusement l’entraînement physique en musculation permet de ralentir ce processus comme le souligne le rapport de l’INSERM. Article rédigé par Ariane Monnami

Les effets du vieillissement musculaire

La sarcopénie est une perte de masse et de fonction musculaires induite par l’âge. Elle est responsable d’une baisse de la force, favorise les chutes et accélère la perte d’autonomie.

Au microscope on remarque que les fibres musculaires sont remplacées par du tissu conjonctif et du tissu graisseux. Ce phénomène apparaît progressivement à partir de l’âge moyen puis s’accélère à partir de 50 ans. Il en résulte une perte moyenne de 30 à 40 % de la masse musculaire totale entre 50 et 80 ans, touchant principalement les fibres rapides oxydatives de type 2.

Prévenir vaut mieux que guérir

Comme pour l’ostéoporose, la prévention de la sarcopénie doit débuter le plus tôt possible. Développer une masse musculaire suffisante à l’adolescence et à l’âge moyen permet de ralentir le déclin physiologique associé au vieillissement. D’après le rapport de l’INSERM : « La prévention doit commencer tôt par un ensemble de mesures dont une prescription d’activité physique adaptée aux différentes étapes de l’existence ».

Le rôle des hormones

Avec l’âge on assiste à une baisse de l’hormone de croissance et des stéroïdes circulants anabolisants (DHEA, testostérone).

A l’inverse le TNF-α, qui inhibe le renouvellement des cellules musculaires, s’élève chez les sujets âgés.

Les effets de l’entraînement physique en musculation

L’exercice physique à haute intensité augmente la sécrétion de l’hormone de croissance et de la DHEA et diminue les phénomènes inflammatoires (TNF- α).

D’après le rapport de l’INSERM : « L’entraînement en musculation est efficace pour prévenir la sarcopénie du vieillissement ; il produit à la fois une augmentation de la masse musculaire et de la force de façon identique chez l’homme et chez la femme.

Les études montrent un effet très significatif à l’issue de 10 à 12 semaines d’entraînement à raison de 2 à 3 séances par semaines. En plus des effets sur la force, on observe une réduction de la raideur musculo-tendineuse due au vieillissement. »

Les effets de l’entrainement en endurance

senior endurance

L’entraînement en endurance augmente les capacités oxydatives du muscle et permet de combattre la baisse des fibres rapides oxydatives.

En conclusion

Dans un but de prévention du vieillissement musculaire et du vieillissement en général, il est conseillé d’associer exercice physique en résistance (musculation) et exercice en endurance.

En effet la musculation permet d’augmenter la masse musculaire et la masse osseuse grâce aux fortes contraintes mécaniques qu’elle impose. Elle est particulièrement utile pour prévenir la perte physiologique de masse musculaire due au vieillissement.

L’entraînement en endurance permet de prévenir les maladies cardiovasculaires et métaboliques (diabète) liées au vieillissement en favorisant le fonctionnement métabolique de la cellule musculaire.

Sources

Rapport de l’INSERM 2008 « Activité physique. Contextes et effets sur la santé »

Exercice et prévention de la perte musculaire liée au vieillissement., p 222 et 223

A lire sur un sujet proche :

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Commentaires

Pas de commentaires actuellement.

Ajouter un commentaire

* Les champs marqué d'un astérisque sont obligatoires.