Surpoids et obésité, la piste de la flore intestinale

Les liens entre flore intestinale, surpoids et obésité se précisent avec 2 nouvelles études.

Flore intestinale et assimilation

balance-detouree_2.jpgEn 2006, deux articles de Nature publiés par des équipes américaines  avaient déjà signalé une différence entre la flore intestinale d’un sujet mince et celle d’un sujet obèse.

Chez l'obèse  un certain type de bactéries, les firmicutes, seraient présentes en plus grandes quantité. Or ces bactéries auraient le pouvoir d'augmenter l'assimilation des aliments et donc  l'extraction en calories.

Changez de flore pour changer de poids

ventre.jpgEn 2013 une autre étude menée par le consortium français MicroObes  a démontré qu'il était possible d'améliorer le "profil métabolique" en modifiant la flore intestinale.

(Le profil métabolique est un ensemble de facteurs de risques  tels que le diabète, le surpoids, le tour de taille, l'inflammation…)

 

Dernièrement, de nouveaux liens ont été mis en évidences :

Flore intestinale et rythmes biologiques

Les chercheurs israéliens de l'Institut Weizmann des Sciences à Rehovot ont observé que les proportions entre les différents types de bactéries varient au cours de la journée. Ainsi une perturbation de l'horloge circadienne (rythmes biologiques quotidiens) chez l'homme change la composition de la flore intestinale avec pour conséquence des problèmes métaboliques. Cette perturbation pourrait expliquer la fréquence de l'obésité et du surpoids chez les travailleurs de nuit.

Flore intestinale et troubles du comportement alimentaire

Enfin l’équipe de Sergueï Fetissov de l’Inserm a étudié les liens entre l'intestin et le cerveau dans les troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie, la boulimie ou l’hyperphagie.

Cette étude a démontré qu'en cas de stress, certaines bactéries de type Escherichia coli pouvaient sécréter une protéine (la ClpB) de structure très proche de celle de la mélanotropine, d’une des hormones de la satiété.

En théorie, la ClpB a donc pour effet de diminuer l'appétit. Malheureusement, la fabrication de cette protéine peut déclencher  une réaction du système immunitaire et la fabrication d'anticorps anti-mélanocortine. Dans ce dernier cas, la mélanocortine est inactivée et la sensation de satiété diminue !

Bien entendu, les perturbations de la flore intestinale ne sont pas seules en cause dans les troubles du comportement alimentaire et dans l'obésité. Cependant il peut être utile de favoriser l'équilibre de la flore intestinale en adoptant quelques mesures d'hygiène de vie.

Natural Physical Attitude : Comment favoriser l'équilibre de votre flore intestinale

  1. Evitez les aliments gras et/ou sucrés qui favorisent la multiplication des firmicutes.
  2. A l'inverse, augmentez les fruits et légumes qui favorisent l'équilibre de la flore intestinale.
  3. Dans la mesure du possible respectez vos rythmes biologiques et évitez les grignotages nocturnes.
  4. Faites régulièrement des cures de ferments lactiques (anciennement dénommés probiotiques)

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Commentaires

Pas de commentaires actuellement.

Ajouter un commentaire

* Les champs marqué d'un astérisque sont obligatoires.