Sport de haut niveau : 6 ans de vie en plus

Les ex coureurs du Tour de France, peuvent espérer vivre 6 ans de plus que le reste de la population ! Cette étude montre que, même pratiquée à haut niveau, les effets bénéfiques de l'activité physique sont bien supérieurs à ses effets négatifs.

Les conditions de l'étude

L'équipe du Professeur Xavier Jouven, cardiologue à l’Hôpital Européen Georges-Pompidou a étudié la mortalité des coureurs ayant participé au Tour de France entre 1947 et 2012.

Cette étude s'est volontairement limitée aux coureurs Français pour avoir accès à toutes les données de mortalité et pouvoir les comparer à la mortalité de la population générale.

Les résultats

L'étude a permis d'observer une réduction de -41% de la mortalité, dans toutes les tranches d’âge, à l’exception des coureurs de moins de 30 ans qui présentent un excès de mortalité par traumatisme.

Cette diminution de mortalité a été retrouvée quelle que soit la période considérée, alors même que les pratiques de dopage ont évolué :

  • 1947-1970  ère du dopage par corticostéroïdes
  • 1970-1990 ère du dopage par amphétamines
  • de 1990 à nos jours ère du dopage par EPO

Les conclusions

Le Pr Jouven conclu : " le sport de compétition n’est pas le ‘killer’ qui est décrit trop fréquemment." D'autant plus que cette baisse de mortalité n'a pas concerné uniquement la mortalité cardio-vasculaire mais également toutes les autres causes de mortalité : infectieuses, cancéreuses ou neuropsychiatriques.

Référence

Jouven X et coll.: Centenary of the Tour de France Group: Mortality of French Participants from the Tour de France 1947-2012. European Society of Cardiology Congress 2013 (Amsterdam, Netherlands): 31 août-4 septembre 2013.


A lire sur un sujet proche :

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Commentaires

Pas de commentaires actuellement.

Ajouter un commentaire

* Les champs marqué d'un astérisque sont obligatoires.